Forum de discussion sur les Lieux Sacrés du paganisme
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Petits et grands dieux ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elwidar
Chêneuse en Chef
avatar

Messages : 770
Localisation : Helvétie

MessageSujet: Petits et grands dieux ?   Dim 17 Fév - 15:47

Saxo a écrit:
" y a t-il des petits dieux et de grands dieux ?"
Pour moi il y a des "fonctions" générales et des forces particulières.
Faire une distinction entre "Shin" et "Kami" dans le "Panthéon"... pourquoi pas !
C'est vrai que les olympiens ne jouent pas dans la même cours que les Nymphes !

Je réagis à ce message de Saxo parce que je me pose souvent cette question...

Des différences de "niveau" entre les divinités ?? J'en ai souvent l'impression... Enfin, pas au niveau des dieux entre eux, à mon avis ça dépend de chaque humain, l'importance qu'a chacun de ses dieux (par exemple, je donne beaucoup d'importance à un dieu qui n'en a aucune historiquement parlant, juste que moi, il me convient).

Par contre, je fais de plus en plus une distinction entre dieux et fées.
(NdE : J'entends par "fées" tout le "petit peuple", soit esprits des lieux, des arbres, des cours d'eau, etc.)
Et l'autre jour, en lisant Puck, lutin de la colline de Kipling, je me suis dit qu'une manière de voir les choses était la suivante :

Les dieux sont humains. Dieux saxons, celtes, grecs, etc.
Les fées sont naturelles. Le Cornu, Kernunnos, Herne, Pan, Puck, le diable représentent un même archétype qui englobe bien plus qu'une civilisation. Cet esprit-là est humain dans sa généralité, mais je me pose même la question de savoir s'il n'est pas même antérieur et indépendant à l'humain... (Je sais, je vais très loin là) Même si ce n'est pas le cas, il est en tout cas bien plus lié à la Terre, comme les esprits des eaux, des montagnes, des vallons, des sommets que nos dieux éphémères.

Mais je ne les "classe" pas, je ne dis pas "ceux-ci sont plus forts que ceux-là"... Pour moi, chacun son rôle, chacun est important. Nous sommes intimidés face aux esprits des lieux et de la Nature, et nous avons besoin de dieux à vénérer.

_________________
Tant qu'il restera des cabanes au fond des bois, rien ne sera tout à fait perdu. - Sylvain Tesson
N'oubliez pas que la Terre se réjouit de sentir vos pieds nus et que les vents joueraient volontiers avec vos cheveux. Khalil Gibran
Cependant, de nombreux chants sont parvenus jusqu’à nos jours principalement grâce aux saami alcooliques qui ont permis la perpétuation du joik parce qu’ils continuaient de le chanter en état d’ébriété malgré l’interdiction.
Genava, ou comment être faunes, àpoilistes, musiciens, pyromanes et païens
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://quercusrobur.forumactif.com
artio's
Chêne vénérable
avatar

Messages : 521
Localisation : Liège

MessageSujet: Re: Petits et grands dieux ?   Dim 17 Fév - 18:29

L'importance est souvent liée à la tâche. Certaines tâches dépassent le particulier et d'autres dépassent l'entendement. On ne peut distinguer de niveau puisque nous n'y voyons rien mais il est clair que la nature est le reflet du cosmos. En ce sens, il y a autant de relations entre ceci et cela, ceci dans cela, que d'esprits ou êtres qui s'y trouvent imbriqués. Nous les hommes divinisons ce qui nous dépasse alors que ce concept est en chaque chose car chaque chose est une partie de la totalité et cette dernière encore d'une autre. Une part distincte de ce concept divin peut prendre "existence" pour toute forme et sa relation avec une autre.
Autant ce qui existe que ce nous croyons prend forme d'existence dans l'absolu. Tout est une question d'importance relative.
Alors, oui, des êtres existent ici dans la nature et cohabitent à plusieurs types d'existence (pour ne pas dire niveau : hiérarchie).
Alors, oui, des êtres existent au-delà de cette nature et y sont infléchis.
Alors, oui, des êtres existent à proximité de cette nature et y prêtent attentiion.
Alors, oui, des êtres existent hors de portée et apprennent vaguement qu'elle existe.
Alors, oui, nous existons avec tout cela et pas de manière linéaire, inféodée, mais complice.
On ne doit pas choisir telle ou telle réalité plutôt qu'une autre, mais choisir ce vers quoi on est attiré naturellement, sans discrimination.
Je rejoins Sine quand elle dit que les dieux sont humains en ce sens que ce nous comprenons d'eux est le reflet d'une civilisation mais n'efface pas le fait d'une existence indépendante des hommes.
Si cette civilisation est féodée, les dieux le seront et chaque culture les comprendra à sa manière.
Nous devrions rendre upselete les tendances historiques à les définir et garder l'essence même de leur commune définition, épurer la sentence.
Les amérindiens nomment tout "esprit" et ils ne sont pas les seuls. La mentalité judeo-chrétienne a tendance à amalgamer à ce mot le culte des ancêtres.
Mais non, c'est un terme générique comme "dieux" à la différence que ce dernier inspire l'humilité voire la dévotion.
Chaque chose est esprit, et nous devrions prendre conscience de notre interconnection et notre partenariat avec toute chose avant même de commencer à chercher à distinguer ce qui est différent de ... Oui, la différence est riche mais ellle indique à chaque fois ce qui complète notrre individu.
Les réponses ne sont utiles que pour comprendre quelle est notre véritable potentiel, sinon à quoi serviraient-elles ? A presque rien.
Comment un enfant définirait-il s'il voyait vraiment tous ces être ? Il dirait : le petit être qui vole de branche en branche.
Il dirait : l'être grâce auquel la pluie ionique donne ses bienfaits sur l'humus. il dirait : l'être bienveillant qui me porte en son sein. il dirait : l'être radiant qui me réchauffe le jour. Il dirait : l'être feuillu à l'ombre duquel je me repose. Et ainsi de suite. Plus tard, il les nommerait. Puis, il le raconterait. Puis, on lui répondrait qu'ils ne se nomment pas ainsi et qu'il ne sont pas cela. Et cet enfant deviendra grand, composant avec les autres, et gardera au fond de son coeur cette impression première qu'il eut jadis. Il tentera peut-être de convaincre autrui d'en faire autant, de ne pas chercher à convaincre mais à écouter et partager. A plusieurs, peut-être auront-ils la chance de se nettoyer les sens ? Peut-être en apprendront-ils un peu plus pour la simple joie de la rencontre ?
Encore une fois : définir en nommant trompe. Les dieux de l'antiquité sont des êtres en relation directe avec notre sphère d'activité. Pour en savoir plus, adressons-nous à ce qui est à notre portée : les êtres de la nature.
Ne reprenons pas les erreurs de nos ancêtres qui déformèrent petit à petit leur vision en voulant la régenter. A force de mêler le destin des hommes et celui des dieux, nous risquons fort de tomber dans la théorie des "fils des dieux", héros nés des anciens guides de l'humanité. Et celà, c'est une AUTRE histoire. Probable, mais sans rapport avec les principes naturels ou régentant notre existence, du moins directement.
Il faut savoir qu'il suffit pour un homme qui n'a jamais vu le métal de prendre un fusil pour un prolongement du tonnerre. Alors, une technologie avancé, n'en parlons pas. Voyez où je veux en venir.
Communiquer avec le divin se fait en direct, à l'intérieur et avec l'environnement direct. Ceux qui ont la chance d'aller plus loin acceptent le fait qu'ils le peuvent. Inutile de les envier. Chaque chemin mène au même endroit.

_________________
http://ardwenna.over-blog.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://hhttp://ardwenna.over-blog.com/
 
Petits et grands dieux ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Projets petits et grands
» Prévention amoureuse ?
» Sauce Périgourdine
» Petits (et grands) bonheurs du jour
» Petits (et grands) bonheurs du jour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Quercus Robur :: L'écorce :: A propos des Lieux Sacrés-
Sauter vers: